Climat : Jeff Bezos veut consacrer 10 milliards de dollars à sauver la planète

Actualités - Cette semaine, le patron d'Amazon Jeff Bezos annonce vouloir consacrer 10 milliards de dollars à la lutte contre le réchauffement climatique. Cette annonce intervient alors que les activités de la société américaines sont fortement critiquées pour leur bilan carbone. Le point avec Le Courrier Financier.

Climat : Jeff Bezos veut consacrer 10 milliards de dollars à sauver la planète

(Conception : Mathilde Hodouin – Création : Amandine Victor)

L’écologie et la finance, un mariage de raison ? Ce lundi 17 février, le PDG d’Amazon Jeff Bezos a promis de consacrer 10 milliards de dollars à la lutte contre les conséquences du changement climatique. « Le changement climatique est la plus grande menace qui pèse sur notre planète (…) Nous pouvons sauver la Terre », écrit-il sur son compte Instagram. Jeff Bezos rejoint ainsi d’autres milliardaires américains — Bill Gates, Michael Bloomberg ou encore le gérant de fonds d’investissement Tom Steyer — convertis ces dernières années à la défense de la planète, note Reuters. Dans ce cadre, la fondation Bezos pour la Terre (« Bezos Earth Fund ») accordera des bourses dès l’été 2020.

ESG or not ESG ?

Pour l’homme le plus riche du monde d’après le magazine Forbes, cette somme représente environ 7,7 % de sa fortune. Jeff Bezos déclare vouloir financer « tout effort qui offre une réelle possibilité d’aider à préserver et à protéger le monde naturel ». Si cet engagement reste bienvenu compte tenu des enjeux, il intervient aussi suite à de fortes critiques sur l’impact environnemental des activités du groupe. Le 26 janvier dernier, plus de 340 employés d’Amazon ont signé un communiqué mettant en cause le bilan carbone de la société. Le groupe Amazon Employees for Climate Justice (AECJ) réclame plus de responsabilité environnementale et évoque aussi des pressions de la direction.

Une semaine après l’intrusion de militants dans les locaux de BlackRock à Paris, la question reste sensible. Le groupe Amazon a bâti son succès sur un important réseau logistique qui occasionne une pollution importante : entrepôts de stockage et de conditionnement des marchandises (emballages), transports routiers (gaz à effet de serre), etc. Tout ceci sans parler des conditions de travail des employés. En France, le cabinet Syndex avait publié en 2018 un rapport alarmiste sur le sujet, en étudiant le cas d’un entrepôt près de Montélimar (Drôme), une des cinq plateformes de stockage d’Amazon en France. Des éléments peu compatibles avec une stratégie ESG ambitieuse.

Soupçons de greenwashing

Amazon a déjà fait l’objet d’accusation de greenwashing. En novembre 2019, plusieurs associations écologistes — Youth for Climate ou Extinction Rebellion, par exemple — ont ainsi organisé en France des blocages d’entrepôts à l’occasion du Black Friday. Objectif, dénoncer les effets négatifs sur l’environnement de la surconsommation. Les images de leurs actions ont ensuite été partagées sur Twitter avec le hashtag #StopAmazon. Dans ce contexte, Amazon va devoir retrousser ses manches pour réaliser son plan en faveur de l’environnement, dévoilé en septembre 2019. Jeff Bezos avait alors promis d’atteindre la neutralité carbone en 2040. Affaire à suivre ?

Mathilde Hodouin - Le Courrier Financier

Rédactrice en chef

Voir tous les articles de Mathilde